Contactez Nogaray conseil, votre agence de conseil en investissements immobiliers à Lyon : 105 quai Charles de Gaulle - 69006 LYON - Tél. : 09 53 83 92 92 (numéro non surtaxé)Contactez-nous

Investissement immobilierCE QUI A CHANGÉ DEPUIS LE PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE

Depuis le 1er janvier 2019, le prélèvement des impôts à la source a été mis en place.

Quelles en sont les conséquences sur le marché immobilier et l’investissement locatif ?

Quelles en sont les conséquences du prélèvement des impôts à la source sur le marché immobilier et l’investissement locatif ?

Un changement et beaucoup de questions

Au premier abord, une démarche d'investissement locatif en 2019 pouvait sembler risquée...

On préfère en effet souvent attendre que le système se « rôde », regarder autour de soi pour ensuite en tirer les conclusions.

Comme il y a toujours des décalages dans le paiement des impôts et la déduction fiscale, la question est de savoir s'il va falloir sortir beaucoup d’argent avant qu’une partie ne me soit rétribuée.

Une très bonne nouvelle pour le contribuable-investisseur

Il a longtemps été question que la réduction d’impôt ne soit pas prise en compte dans le taux de prélèvement.

Un investisseur aurait donc dû avancer cette déduction d’impôt dès janvier avant qu’elle ne lui soit redistribuée en septembre. Cela aurait provoqué une baisse de son pouvoir d’achat et un frein à son projet d’acquisition.

Afin de ne pas pénaliser le contribuable-investisseur, c’est finalement l’état qui a décidé de verser 60% du montant dès le 15 janvier sur la base de sa situation fiscale de l’année précédente.

Il s’agit d’une très bonne nouvelle pour les détenteurs d’un programme d’investissement en loi Pinel, Censi Bouvard et autres processus de défiscalisation immobilière, ainsi que pour les futurs acquéreurs.

Cependant, les programmes neufs se font plus rares en 2019 et les permis de construire ont connu une baisse significative : alors, n’attendez plus !

Voir les programmes en loi pinel
Avec le prélèvement à la source, il sera plus facile de gérer son budget en temps réel et la possibilité d'être non solvable diminuée. Le risque pour une banque sera moindre.

L'impact sur l'obtention d'un crédit immobilier

Si les banques ne tiennent compte que du revenu net des demandeurs, il est vrai que celui-ci sera directement impacté par le prélèvement d’impôt à la source.

Dans ce cas, le taux d’endettement (maximum 33 %) sera plus facilement atteint.

Néanmoins, les organismes prêteurs, toujours en recherche de nouveaux clients par l’intermédiaire des crédits immobiliers, devraient très certainement tenir compte de ce nouveau paramètre et revoir leur feuille de calcul.

En conséquence, il sera plus facile pour un contribuable de gérer son budget en temps réel . La possibilité qu’il se retrouve non solvable s’en voit diminuée, ce qui laisse à penser que le risque pour une banque sera moindre.

Doit-on alors attendre 2020 pour revenir à un calcul qui permette à nouveau de déduire la totalité du montant des travaux ?

Trop tard pour le déficit foncier ?

Il était en effet préférable d’effectuer des travaux avant le 1er janvier 2019 car les avantages fiscaux étaient plus intéressants. Les dépenses s’imputaient alors de 100% sur les revenus fonciers 2018 et 50 % sur 2019.

En revanche, pour les travaux réalisés en 2019, c’est la moyenne des deux années qui sera prise en compte.

Doit-on alors attendre 2020 pour revenir à un calcul qui permette à nouveau de déduire la totalité du montant des travaux ?

Posez la question à votre spécialiste